Confinement : que faire en cas de panne de voiture ?

Femme devant voiture en panne

Une belle tuile vous arrive pendant le confinement : votre voiture est en panne. Aile emboutie, voyants qui s’affolent sur le tableau de bord, panne au bord de la route et vous vous sentez un peu démuni en cette période. Quelles sont les solutions ? Les garages peuvent-ils intervenir ?

Peut-on faire réparer son véhicule ?

La bonne nouvelle, c’est que les réparateurs de voitures et de motos sont considérés comme des entreprises essentielles qui peuvent rester ouvertes et poursuivre leur activité. La CNPA a pu faire préciser par le ministère de l’Intérieur que les services de dépannage-remorquage pouvaient continuer à être exercés grâce à la dérogation « entretien et réparation automobile ». D’autres pays francophones ont mis également cette règle en place et vous pouvez donc bénéficier d’un dépannage de véhicule utilitaire en Belgique, par exemple si vous êtes frontalier ou résident.

Où trouver un réparateur ouvert ?

La CNPA a demandé à tous ses adhérents qui demeurent en activité de se faire connaître. Par conséquent, il a pu dresser la liste des professionnels qui peuvent dépanner en cas de panne de voiture. Cette liste est régulièrement mise à jour. Début avril, environ 5000 réparateurs ont ainsi été référencés, soit 25 % de ceux autorisés à ouvrir. Pour trouver les coordonnées des dépanneurs disponibles, vous pouvez vous rendre sur l’annuaire du CPNA en ligne ou télécharger l’application Roulons Zen sur Androïde ou iPhone.

Comment se faire dépanner ?

Dans le cas où vous tombez en panne de voiture, il est préférable de faire jouer l’assistance si elle est incluse dans votre contrat d’assurance auto. Cette dernière vous enverra un dépanneur. Autrement, si vous n’avez pas le droit à une prise en charge, vous pouvez avoir recours aux deux outils sus-nommés. Pour rappel, sachez que les dépannages sur autoroute doivent être réalisés par des entreprises agréées, contactées à partir des bornes d’urgence. Les tarifs sont encadrés et avoisinent les 130 euros, bien que les week-ends, les jours fériés et les horaires de nuit soient majorés de 50 %.

Une pénurie de pièces automobiles ?

Il peut arriver qu’en cette période de confinement, le garage qui vous dépanne n’ait pas le stock nécessaire en pièces détachées. D’après le CNPA, « les garagistes et les carrossiers sont confrontés à de sérieuses difficultés d’approvisionnement en pièces depuis le début de la crise sanitaire ». De ce fait, il faut s’attendre à des durées d’immobilisation de véhicules allongées. Les délais de réparation et de restitution des autos est plus long ce qui peut être parfois contraignant pour les personnes qui doivent se rendre obligatoirement sur leur lieu de travail, d’où l’importance de contacter son assurance pour bénéficier d’un véhicule de prêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*