Problème de VMC, faut-il tout changer ?

Cette fois, ça y est, c’est acté, l’air a cessé de circuler. Les odeurs s’accumulent, les moisissures commencent à profiter de ce que l’humidité ne s’évacue plus ; les pièces trop chaudes où les gens s’agglutinent comme des naufragés en grappe autour d’un canot de sauvetage virent au cauchemar… Ce pourrait être un début de film d’horreur, une chronique sociale à la Zola ou à la Ken Loach, mais non, inutile de chercher si loin : il s’agit juste du tableau qu’offre un logement lorsque la VMC lâche.

Système de VMC à réparer

La VMC est un système de Ventilation Mécanique Contrôlée. Comme tout ce qui est mécanique, celle-ci peut tomber en panne, faute d’entretien ou par usure naturelle des pièces qui la composent. Certains éléments peuvent se changer soi-même, sans compétences en la matière, cependant il en est d’autres qui nécessitent la venue d’un professionnel (par exemple vmc.com), doté des connaissances et de l’équipement adéquat.

Quand on vit en copropriété, c’est au syndic de s’occuper des parties communes, néanmoins il en tout autrement des logements individuels. Peut-être les besoins de réparations seront-ils l’occasion de passer la vmc au niveau supérieur ?

Innovations à prendre en considération

Le réparateur qui viendra s’occuper de la VMC, s’il est au courant des dernières innovations en la matière, sera en mesure de proposer des améliorations potentielles au système déjà existant. Parfois, le remplacement d’une ou deux pièces suffit à booster les performances de l’ensemble avec une efficacité décuplée.

En 2019, les industriels producteurs de pièces de remplacement pour la VMC annonçaient un certain nombre d’évolutions. Tout d’abord, les matériaux ont évolué vers une structure semi-rigide, afin de gagner en durabilité. Ce seul argument peut suffire à engager des travaux, afin d’investir sur le long-terme plutôt que de devoir lancer des travaux tous les 15 du mois.

Aussi, les systèmes modernes sont désormais conçus pour s’intégrer au mieux à des petits logements, comme des studios ou des appartements. Une meilleure circulation de l’air contribue à leur salubrité, et peut en conséquent rassurer tant leurs locataires que leurs propriétaires.

Dans la veine des bâtiments à basse consommation énergétique, les constructeurs de VMC privilégient le double-flux. Ce dernier permet de réinsuffler les calories sortantes dans le système afin de limiter les besoins de chauffage. L’économie est alors double !

Enfin, la domotique actuelle permet d’intégrer des capteurs dans le système de VMC, ce qui permet d’être informé en temps réel de la température, de l’hygrométrie ou autres facteurs pouvant affecter l’atmosphère du domicile.

Ces réparations en valent-elles la peine ? Très certainement, elles ne seront pas à regretter une fois accomplies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*