Comment réparer un disque dur endommagé ?

Réparation de disque dur

Les risques courus par un disque dur, interne ou externe, sont nombreux et variés. Ils peuvent être de nature informatique (virus, cheval de Troie, etc.) ou de nature physique (choc, chute, surchauffe, etc.). Dans tous les cas, ne jetez pas immédiatement votre disque à la poubelle parce qu’il existe plusieurs moyens de le réparer ou, au moins, de récupérer les informations qui se trouvaient dessus.

Des solutions informatiques

Il existe plusieurs conséquences à la défaillance d’un disque dur. Il peut ne pas être reconnu par l’ordinateur, l’ordinateur peut refuser de l’ouvrir et vous inviter à formater le disque, ou alors votre ordinateur peut carrément, dans le pire des cas, refuser de démarrer. Dans le dernier cas, c’est bien souvent parce que l’ordinateur n’arrive pas à accéder à son logiciel de démarrage sur l’ordinateur. Par exemple, si votre disque dur provient d’un Mac, il ne peut pas être lu par Windows. Il faut télécharger un programme permettant spécifiquement de lire le format de votre support de données.

Sous Windows, vous pouvez faire appel à un logiciel appelé CheckDisk. Il est tout de même recommandé de se renseigner un peu avant, parce que le logiciel est particulièrement puissant et pourrait supprimer vos données si vous l’utilisez mal. Autrement, il est très efficace pour régler les problèmes d’écriture et de lecture de votre ordinateur.

Réparer les secteurs défectueux dans Windows

Les secteurs défectueux, ce sont les zones de votre disque dur qui sont inaccessibles. Ils peuvent être causés par des soucis physiques, comme informatiques. Tout fichier présent dans ces parties problématiques ne pourra pas être lu. Même si, de temps en temps, votre disque dur dans son intégralité plante à cause de ce problème, vos données situées en dehors des secteurs défectueux ne seront pas corrompus. Par contre, si le problème du secteur est la cause d’une tête de lecture défaillante, alors il pourrait bien s’étendre à l’intégralité de votre disque.

Il vaut mieux donc être prudent et sauvegarder toutes vos données sur un autre système de stockage le plus rapidement possible. Vous pourrez ensuite procéder à la réparation des secteurs corrompus grâce à plusieurs programmes que vous pouvez trouver sur Internet. La deuxième étape consiste à tenter de récupérer les données qui sont déjà corrompues. Il faut alors faire appel à un logiciel professionnel de récupération de données.

Comment récupérer les données d’un disque dur cassé ?

Par vous-même

Si votre disque dur ne fonctionne plus suite à une panne logicielle et qu’un virus l’a rendu définitivement inutilisable, vous pouvez quand même tenter de récupérer les données personnelles qui sont encore dessus. Pour cela, vous aurez besoin d’un dock pour disque dur qui vous permettra de le relier à un autre ordinateur par USB.

Avant d’entamer cette procédure, veillez à bien vérifier que l’ordinateur que vous utilisez est suffisamment protégé. Il ne faut surtout pas que le virus qui a détruit votre disque dur infecte cet autre ordinateur. Grâce à ce dock, vous pourrez alors consulter le contenu du disque dur et récupérer toutes les informations qui n’ont pas été détruites par la panne.

En faisant appel à un professionnel

Si toutes ces informations vous paraissent bien obscures et que vous ne voulez pas prendre le risque de perdre vos données, vous pouvez employer un professionnel pour réaliser la sauvegarde de votre disque dur. Attention cependant, beaucoup d’éléments personnels sont contenus dans cet outil ! Si vous voulez préserver l’intimité de vos données, évitez de vous tourner vers des entreprises qui vous offrirez ce service quasiment gratuitement. Soyez aussi méfiant concernant les diagnostics gratuits, ils cachent bien souvent des frais de retour très élevés pour que l’entreprise vous retourne votre appareil.

Lorsque vous recevrez un devis, faites attention à deux points : que le coût spécifique de chaque problème soit bien listé (on évite donc les approximations concernant un coût général absolument pas détaillé) et que le prix des pièces de rechange est bien précisé (certaines sociétés pourraient vouloir gonfler les prix de celles-ci, même si certaines peuvent coûter effectivement chères à cause de leur rareté).

Des réparations physiques

Si vous n’arrivez pas à atteindre votre disque dur sous Windows, mais qu’il est détecté par le Bios, le Disk manager ou avec la commande « Diskpart » alors cela veut dire qu’une grande majorité de votre carte est toujours bonne (au moins 80 %). Si aucune réparation logicielle ne fonctionne, vous pouvez alors tenter d’effectuer une réparation physique vous-même. Si la panne est superficielle (un fil cassé, une soudure brisée, etc.), vous pouvez essayer de la réparer vous-même.

Il est absolument primordial qu’avant toute manœuvre, vous vous assuriez d’être dans un endroit parfaitement propre : une simple micro-poussière pourrait détruire définitivement votre disque si elle se place au niveau de la tête de lecture. Il est d’ailleurs courant que les professionnels travaillent sous une hotte à flux laminaire. Il est aussi important que vous vous renseignez sur le fonctionnement global d’un disque dur, si vous êtes trop débutant, vous risquez bien de détruire votre matériel.

Réaliser un examen minutieux

Pour ouvrir la tour de votre ordinateur, une visseuse munie de porte-embouts hexagonaux et équipée de la bonne tête de tournevis suffira. En revanche, vous aurez ensuite besoin de vous équiper de gants spéciaux et de tournevis d’électronique pour poursuivre votre démarche. Récupérez donc le disque dur de votre ordinateur et analysez-le vous-même afin d’établir un diagnostic.

Vous pouvez déjà vérifier l’état de votre matériel visuellement. Il faut ensuite le tester sur un autre ordinateur afin de savoir s’il est reconnu par d’autres machines que la vôtre. Si vous entendez à ce moment-là un bruit important de clics continus, il est sûr que votre disque est hors d’usage. Au contraire, si tout se passe bien lors de cette étape, il est possible que le souci vienne de votre ordinateur, tout simplement ! Dans ce cas, n’hésitez pas à contrôler que les câbles de transmission de données IDE ou SATA (ils relient votre disque à la carte mère dans votre tour) sont bien enfoncés correctement, bien ajustés et qu’aucune broche n’est pliée ou endommagée.

Lorsque vous aurez compris d’où vient le problème en repérant la pièce défectueuse qu’il faut changer, avant de commencer à travailler, équipez-vous d’un pense-bête afin de lister toutes les pièces de votre disque-dur. N’oubliez pas non plus de prendre des photos régulièrement au cours de l’opération, particulièrement au début, pour éviter d’être perdu ou d’oublier des éléments essentiels.

Changer la carte de circuit imprimé

Si c’est un problème lié à la diode de suppression des transitoires de tension (TVS), vous pouvez vous considérer chanceux : toutes vos données peuvent être récupérées sans aucun problème si vous éteignez la diode. Après cette action, vous n’aurez plus qu’à jeter votre ancien circuit défectueux. En effet, même s’il marche normalement quand la diode est éteinte, celle-ci joue un rôle essentiel de protection au quotidien : elle protège le circuit, particulièrement sensible, des risques de surtensions.

Pour installer votre nouvelle carte de circuit imprimé (du même modèle et de la même marque que votre disque dur), assurez-vous de disposer d’un tournevis hexagonal. Il faut desserrer les 5 vis une par une puis retirer très délicatement la carte électronique. Vous pouvez ensuite sortir l’ancien disque, toujours avec beaucoup de précaution. Il faut ensuite insérer votre nouveau circuit (PCB) en prenant garde qu’il soit bien en contact avec votre disque dur avant de remettre les vis. Attention ! Si vous touchez les parties métalliques de votre nouveau circuit, l’électricité statique que vous dégagez pourrait le détruire : pour éviter ce souci majeur, vous pouvez porter un bracelet antistatique ou toucher un objet en métal relié à une mise à la terre (l’intérieur d’un ordinateur branché par exemple).

Et voilà, vous avez un nouveau disque dur prêt à l’emploi.

Réchauffer ou congeler mon disque

Si votre disque dur n’a pas fonctionné lorsque vous avez tenté de le connecter à un autre ordinateur, vous pouvez imiter cette étape : faites tourner votre disque manuellement avec fermeté afin de détecter s’il se présente des bruits suspects pendant l’opération. Si vous n’entendez rien, il est possible que la cause de sa panne soit un blocage de sa tête de lecture ou de l’axe du plateau. C’est assez courant chez les modèles anciens, ou les disques qui ont tendance à surchauffer. Les méthodes que nous allons vous apporter ci-dessous sont des opérations de la dernière chance : elles n’ont pas pour but de sauver le fonctionnement de votre disque dur, mais de pouvoir récupérer temporairement vos données.

Pour régler le souci de blocage, préchauffer votre four à sa température la moins élevée pendant 5 minutes, avant de l’éteindre complètement. Mettez votre disque dans celui-ci pendant deux à trois minutes : il faut qu’il chauffe un peu avec les restes de chaleur diffusés par votre four. Répétez ensuite le test manuel vu plus haut. Si vous entendez du bruit, cette fois, branchez votre disque dur à votre ordinateur, vous devriez pouvoir récupérer vos données afin de les transférer sur un nouveau support moins capricieux.

Par contre, si votre matériel est toujours aussi silencieux, réchauffez-le une nouvelle fois. Lorsque vous le sortez du four, cette fois, cognez fermement votre disque contre une surface dure : ce mouvement peut aider à libérer une tête de lecture bloquée. Si, lorsque vous effectuez un mouvement de va-et-vient à 90 degrés sur votre disque, vous entendez un bruit de cliquetis, alors c’est le très mauvais signe qu’un composant interne s’est détaché ou détérioré.

Vous pouvez aussi faire le choix de congeler votre disque, lorsque vous n’avez plus rien à perdre. Mettez-le dans un sac de congélation, en prenant bien soin de retirer l’air du sachet. Après plusieurs heures, rebranchez votre disque à votre ordinateur. Si ça ne fonctionne toujours pas, comme dans l’étape vue plus haut, cognez votre disque contre une table ou directement contre le sol, avant de retenter l’opération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*